Cancéropôle du Grand Est – Cjay Content

0

Les cytokines sont des molécules qui assurent des fonctions de messagers chimiques au sein de l’organisme, permettant la communication entre divers types de cellules. Elles sont tout particulièrement impliquées dans le système immunitaire, mais interviennent également dans l’hémostaseEnsemble des phénomènes physiologiques qui concourent à l’arrêt du saignement ou l’hématopoïeseFormation des cellules sanguines (l’une des plus connue, l’érythropoïétine ou EPO, régit la production des globules rouges).
Les cytokines agissent sur la prolifération, le métabolisme, la mobilité ou la différenciation cellulaire, et quelques-unes ont des effets cytotoxiques Se dit des substances nocives pour les cellules. Très étudiées depuis leur découverte dans les années 70, certaines d’entre elles sont aujourd’hui produites industriellement et utilisés en médecine, notamment en cancérologie.

La protéine TRAIL est une cytokine particulièrement prometteuse pour la lutte contre le cancer, en raison de ses propriétés antitumorales. Extrêmement bien tolérée chez l’animal, contrairement à d’autres molécules de la même famille, elle induit préférentiellement l’apoptoseMort cellulaire “programmée”. C’est une composante normale de la vie cellulaire, qui sert notamment à éliminer certaines cellules au cours du développement de l’organisme, ou à supprimer les cellules “usées”. Chez les cellules cancéreuses, ce mécanisme ne fonctionne plus. des cellules cancéreuses plutôt que celle des cellules saines. Utilisée en complément des médicaments antitumoraux classiques et des radiations, elle exerce avec eux un effet synergiqueSynergie : oordination d’éléments complémentaires en vue d’augmenter l’efficacité de chacun.

Les mécanismes moléculaires responsables de la spécificité d’action de TRAIL sont encore mal connus. On sait à l’heure actuelle que son activité est liée à quatre autres familles de molécules, ou récepteurs, situés à la surface des cellules cibles. Deux de ces familles de récepteurs jouent un rôle d’activateurs de l’apoptose : en se liant avec eux, TRAIL va provoquer la mort de la cellule. Les deux autres familles de récepteurs sont des leurres : TRAIL va se lier avec eux, mais cette liaison ne déclenchera pas l’apoptose.

Ce projet est centré sur l’étude de ce dernier type de récepteurs. En effet, il semblerait que les cellules cancéreuses résistant aux traitements anti-tumoraux possèdent un plus grand nombre de ces récepteurs-leurres que les autres cellules cancéreuses. En revanche, on constate que dans les cellules tumorales sensibles à l’action de TRAIL, les récepteurs-leurres ont subit une modification qui diminue leur capacité à fixer la cytokine.

Ces observations montrent que ce type de récepteur semble jouer un rôle central dans les mécanismes anti-tumoraux liés à la cytokine TRAIL. Pour pouvoir développer de nouveaux traitements basés sur cette cytokine, il est donc indispensable de mieux comprendre les fonctions régulatrices de ces récepteurs-leurres.