Canceropole: Les moyens d’action

0

Les projets de recherche ou d’infrastructures reposent sur des financements acquis au titre d’appels d’offres lancés par l’Institut National du Cancer (INCa) et bénéficient du soutien de la Ligue contre le Cancer ou de l’ARC, ou encore des collectivités territoriales, notamment régionales, fortement impliquées.

Dans le cadre de l’appel à projets « Programme des cancéropôles 2007-2010 » lancé par l’INCa en 2007, la dotation du CGE a été renouvelée à hauteur de 1,2 M€ dans le cadre d’un contrat de projet de 4 ans. Cette subvention se décline de la manière suivante :

  • Le fonctionnement et l’animation des axes de recherche et du comité de cliniciens (réunions, colloques, congrès, …)
  • Un soutien au développement de plateformes technologiques afin de les mobilsier pour participer au montage de projets faisant appel à des technologies de pointe et de l’analyse à haut débit.
  • Le salaire des 3 chargés de mission

Par ailleurs, les membres du CGE s’acquittent annuellement d’une cotisation pour un montant global de 150 K€. Ce soutien est essentiellement destiné à favoriser l’émergence de projets de recherche transversaux pluridisciplinaires à fort potentiel innovant. Il comprend également le salaire de l’informaticien.

D’autre part, du fait d’une convergence d’intérêts entre les Caisses d’Epargne et le CGE, un partenariat a été entamé en 2006 avec pour objectif d’informer et associer les chercheurs, professionnels de la santé, les industriels, les collectivités territoriales, les associations caritatives, les patients et le grand public aux finalités du Plan Cancer et de faire évoluer les représentations sociales liées au cancer. Ce partenariat s’est concrétisé à l’issue du conseil d’administration du CGE du 19 février 2007 à Besançon. A cette occasion, un chèque de 180 000 € a été remis au Président Adrien Zeller et au Professeur Pierre Oudet, Coordonnateur Scientifique du CGE, par les Dirigeants des quatre Caisses d’Epargne du Grand-Est.