Cancer du Pancréas & Métabolomique | Cancéropôle du Grand-Est, la recherche innovante dans la lutte contre le cancer

0

Résumé :

De toutes les formes de cancer, peu sont aussi agressives que l’adénocarcinome pancréatique. La découverte d’une tumeur dans le pancréas est souvent accompagnée d’un très mauvais pronostic même quand la chirurgie est possible. Mais, une nouvelle technique pourrait aider les médecins et chirurgiens à mettre en place une meilleure stratégie thérapeutique pour les patients présentant ce type de cancer.

Notre étude met en évidence une nouvelle approche prometteuse afin de distinguer rapidement les cellules pancréatiques cancéreuses des cellules pancréatiques saines et de prédire les chances de survie des patients après le diagnostic. Un tel pouvoir prédictif permettrait aux médecins et aux chirurgiens de mieux évaluer les besoins chirurgicaux des patients et de recommander un traitement plus personnalisé.

En utilisant une technique à haute résolution, la spectroscopie RMN HRMAS, notre équipe a comparé la composition chimique d’échantillons tissulaires de deux sous-groupes de patients présentant un cancer du pancréas : les patients appelés dans la littérature « longs-survivants » (définis comme ceux ayant vécu plus de 3 années après le diagnostic) et les patients appelés dans la littérature « courts-survivants » (définis comme ceux ayant vécu moins d’une année après le diagnostic).

Nous avons pu montrer que chaque groupe avait un profil chimique (profil métabolomique) unique. Parmi les composés étudiés, l’éthanolamine s’est avéré être le plus révélateur dans la détermination du devenir des patients. Des niveaux élevés de cette molécule étaient associés à une diminution de la survie chez les patients.

En utilisant la même technique, nous avons été capables de distinguer le tissu pancréatique cancéreux du tissu pancréatique « sain » en moins de 20 minutes. Ce qui rend la technique possible dans les délais d’une chirurgie, ce qui veut dire qu’il serait possible pour les chirurgiens d’analyser les échantillons pendant la chirurgie, comme un moyen de détecter les cellules cancéreuses résiduelles en temps-réel.

Cette empreinte chimique à la volée est un outil très prometteur dans l’identification des cellules tumorales et la prédiction de la survie des patients présentant un cancer du pancréas.

Une telle information permettrait aux médecins et chirurgiens de déterminer rapidement et précisément la sévérité de la condition des patients et de prendre des décisions importantes concernant la nécessité et, l’extension de l’intervention chirurgicale.

Battini et al: Metabolomics approaches in pancreatic adenocarcinoma: tumor metabolism profiling predicts clinical outcome of patients